Femme&Plongée: 0 Tabou, 100% Réponses (règle, grossesse, contraception etc).

Spread the love

Chères amies plongeuses, si vous avez cliqué sur ce lien, c’est parce que vous cherchez des réponses, à des questions qui ne peuvent pas être posées à la gente masculine sans être embarrassée. Alors pour vous aider, car moi aussi je me suis posée ces questions, j’ai élaboré cet article.

Menstruation/règles : est-ce une contre-indication à la plongée sous-marine ?

Peut-on plonger pendant ses règles ? Que les plongeuses se rassurent, la plongée sous-marine n’est pas une contre indication à la plongée sous-marine. Il conviendra néanmoins d’observer une ou deux mesures de prévention au sujet de la décompression pendant cette période.

Les requins sont-ils attirés par le sang pendant les règles ?

La réponse est non, il n’y a aucun risque d’attaque de requin sur une femme à cause de ses règles. Les requins sont attirés par le sang de poisson et donc ils ne vont pas vous trouver plus appétissante pendant vos règles. Des études ont été menées pour observer l’attirance des requins pour le sang humain. Les requins sont curieux mais pas agressifs. De plus, les pertes associées aux règles sont très faibles, quelque millilitres tout au plus. Enfin, la plupart du temps les règles s’arrêtent lorsque les femmes s’immergent. L’ouverture vaginale se ferme et l’augmentation de la pression ambiante aide à empêcher les fluides de s’échapper.

Plonger pendant les règles peut-il augmenter le risque d’un accident de décompression (ADD) ?

Plonger pendant vos règles est relativement sûr. Pour autant, des études ont montré que la plongée sous-marine pendant les règles peut augmenter le risque d’un accident de décompression chez les plongeuses. Le risque est presque deux fois plus élevé pour une plongeuse de subir un ADD au cours de la première semaine de son cycle menstruel. En complément, l’étude a montré que les plongeuses qui prennent des contraceptifs oraux (la pilule) étaient plus susceptibles d’avoir un accident de décompression que celles qui ne la prenaient pas. Les raisons qui expliquent ce phénomène par contre ne sont pas claires. Une première hypothèse serait que les changements corporels qui se produisent pendant les menstruations, monopolisent de l’énergie au corps, rendant l’élimination de l’azote moins efficace. Une deuxième hypothèse serait que, si les règles sont abondantes, elles peuvent contribuer à de la déshydratation chez les plongeuses, qui est un facteur connu comme favorisant les accidents de décompression.

Est-ce conseillé de plonger avec des règles très douloureuses ou lorsqu’on souffre d’endométriose ?

Certaines femmes ressentent un inconfort physique extrême pendant leur règle. Cette souffrance peut mener à un manque d’attention ou de concentration, au moment de la préparation, des contrôles de sécurité et pendant la plongée sous-marine. De plus, plonger avec des crampes extrêmes peut tout simplement devenir intenable et vous demander de revenir au bateau, sans possibilité de vous médicaliser. Il faut suivre un principe de précaution. Ne plongez pas si vous ressentez une douleur importante pendant vos règles, qui vous nécessitent l’administration de médicament pour calmer la douleur.Pour les femmes suivies pour des cas d’endométriose, qui est la forme la plus extrême de douleur pendant les menstruations, ne vous posez pas la question, il ne faut pas plonger.

Nos conseils pour gérer vos pertes/vos règles pendant les séjours plongées (serviette, tampons, coupes menstruelles) ?

Mesdames, c’est le moment de cette lecture qui va traiter des éléments pratiques dans la gestion de vos règles pendant vos séjours de plongée : comment faire pour ne pas subir de fuites pendant et après la plongée si vous n’avez pas accès à des toilettes ? Cette préoccupation, nous ne la partageons pas avec la gente masculine, néanmoins elle est bien présente (voire pesante). La plupart du temps, l’eau stoppe les règles. Mais l’effet n’est que momentané et les pertes ne tarderont pas après avoir fait surface.  Le problème, c’est d’avoir une fuite dans la combinaison (de location) ou encore sur le bateau en enlevant sa combinaison. Le moment peut devenir très gênant. Habituellement, nous utilisons des tampons pour prévenir ces problèmes. Certaines plongeuses utilisent même des serviettes hygiéniques quand le flux est faible. Le souci des serviettes c’est qu’elles sont trempées et désagréables à porter. Les problèmes des tampons c’est qu’il faut des toilettes, qu’il faut les changer, qu’ils présentent un risque de choc toxique si gardés trop longtemps, qu’il faut en apporter des neufs (et les dissimuler quelque part sur le bateau) et qu’il faut pouvoir en disposer discrètement et proprement une fois changés. Une véritable galère, sur un zodiac où il a fallu naviguer 3 heures (aller) pour se rendre sur le site de plongée. Alors je vais être très concrète : Essayez de porter des coupes menstruelles avant votre voyage, pour vous y habituer. Ces dispositifs ne présentent pas de risque en plongée, pas de risque de choc toxique, vous pouvez les garder une journée sans aucun problème de fuite et elles sont confortables une fois que l’on a pris le coup de main. L’alternative : Laissez votre combinaison de plongée en place jusqu’à ce que vous puissiez remplacer le tampon et mettez des bottillons qui passent par-dessus vos chevilles pour que l’eau coulant le long de vos jambes restent dans le bottillon.

Nos conseils pour plonger en sécurité pendant ses règles

La plupart des plongeuses n’ont pas de problèmes pendant leur menstruation. Cependant, il est conseillé aux plongeuses d’adopter des plongées aux profils plus conservateurs pendant leurs règles. Nous entendons par là, des plongées moins nombreuses, des intervalles de surface plus long, des plongées plus courtes et moins profondes (préférablement sans décompression).

Implant mammaire : est-ce une contre-indication à la plongée sous-marine ?

C’est une inquiétude naturelle pour les femmes portant des prothèses à la suite d’un cancer du sein ou à la suite d’une augmentation mammaire. Les substances compressibles (comme l’air) sont affectées par l’augmentation de la pression sous-marine, alors que les substances non compressibles (comme l’eau) ne le sont pas.

Les implants mammaires (ou implants silicones) sont-ils une contre-indication à la plongée sous-marine ? A cette question et dans la plupart des cas, la réponse est non, les implants mammaires ne présentent pas de risque à la pratique de la plongée sous-marine. Nous vous expliquons les raisons dans cet article.

Les implants mammaires ne sont pas une contre-indication à la plongée

Le questionnaire médical de plongée sous-marine souvent distribué par les centres de plongée dans le monde, ne mentionne pas les implants mammaires dans la liste des contre-indications. Cette question qui n’est d’ailleurs jamais posée par les médecins au cours de l’entretien pour obtenir un certificat médical. Par conséquent et comme la responsabilité des centres de plongées et des médecins pourrait être engagée s’il arrivait un accident par négligence de ce risque, on peut imaginer qu’en effet, que les implants mammaires sont sans risque pour les plongeuses.

Cependant, notez qu’il y a plusieurs questions au sujet de la chirurgie. Les plongeurs devraient consulter leur médecin avant de plonger après toute intervention chirurgicale, y compris une augmentation mammaire. Un plongeur doit être complètement rétabli d’une opération chirurgicale avant de retourner à la plongée. Le délai recommandé entre une opération et un retour à la plongée sous-marine varie d’un médecin à l’autre et d’un patient à l’autre. Certains recommandent d’attendre six mois, tandis que d’autres ne recommandent que quelques semaines. Il faut donc s’assurer d’avoir le feu vert de votre chirurgien et de suivre ses conseils avant de retourner plonger après une augmentation mammaire ou un opération de manière générale.

La pression de l’eau abime-t-elle les implants mammaires ?

L’augmentation de la pression sous l’eau n’affecte pas les implants mammaires pendant la plongée sous-marine. Les oreilles, le masque et les poumons d’un plongeur sont remplis d’air, qui se comprime lorsqu’il descend. En revanche, le reste du corps d’un plongeur est principalement composé de sang (et d’eau). Les liquides sont considérés comme des fluides incompressibles et donc peu sujet aux effets de la pression. Pour cette raison, les bras, les jambes et les autres parties du corps d’un plongeur ne sentent pas de changement de pression en profondeur. Les implants mammaires sont généralement remplis de solution saline ou de gel de silicone. La solution saline, a une densité similaire à celle de l’eau salée naturelle et se comporte à peu près de la même façon que l’eau.  Le gel de silicone est un peu plus dense que l’eau salée mais ne se comprime pas non plus.

Les implants mammaires augmentent-ils le risque de mal de décompression ?

Non, les implants mammaires n’augmentent pas le risque de maladie de décompression d’une plongeuse. Les implants mammaires, qu’il s’agisse d’implants salins ou de gel de silicone, absorbent de très petites quantités d’azote. Le gel de silicone absorbe plus d’azote que la solution saline. Cependant, la quantité d’azote absorbée est négligeable, et tout azote piégé dans un implant mammaire s’échappera lentement de l’implant sans mettre la plongeuse en danger.

Les implants mammaires modifient-ils la flottabilité ?

C’est une question que les femmes peuvent se poser, même si elle peut faire sourire au premier abord. Et la réponse est oui, selon le type d’implant mammaire, on peut s’attendre à un léger changement de flottabilité. Les implants mammaires salins sont neutres et tant que la masse adipeuse et la composition corporelle d’une plongeuse ne changent pas, une plongeuse qui reçoit des implants salins ne devrait pas remarquer un changement dans sa flottabilité. Les implants mammaires en gel de silicone en revanche sont légèrement plus denses que l’eau et peuvent rendre un plongeur plus flottant. Dans ce cas là, la plongeuse devra s’assurer de vérifier son poids et de faire les ajustements nécessaires.

Grossesse : peut-on effectuer un plongée sous-marine lorsqu’on est enceinte ?

Est-ce dangereux de plonger lorsqu’on est enceinte ? La plongée sous-marine à n’importe quel moment de la grossesse, dès lors qu’on l’on connait son état, n’est pas recommandée. Il n’existe pas d’étude ou de littérature au sujet des effets de la plongée sous-marine sur les femmes enceintes pour des raisons évidentes liées à la santé des fœtus. Cependant, le principe de précaution domine et voici les raisons.

Pourquoi il n’est pas recommandé de plonger lorsqu’on est enceinte

Physiologiquement, le fœtus se développe dans le placenta de la mère, qui joue le rôle de « transfuseur » sanguin.  Il faut donc comprendre qu’un déséquilibre des échanges gazeux, sanguin ou électrolytique de la mère pendant une plongée sous-marine se répercute directement sur le fœtus, qui pourra lui aussi être sujet à un accident de décompression.  Il est donc fortement déconseillé voire interdit de pratiquer la plongée sous-marine pour les femmes enceinte.

Que se passe-t-il si j’ai réalisé une plongée sans savoir que j’attendais un enfant ?

Dans le cas où la grossesse n’est pas connue avant la plongée, il conviendra de prévenir son médecin et de suivre le développement de l’enfant. Les effets de la pression sur le foetus n’étant pas connus, il convient simplement de prendre un rendez-vous avec son médecin dans les plus brefs délais et de faire confiance aux défenses de son corps, dans la protection de l’enfant.

Contraception : Quel type de contraception présente une contre-indication à la un plongée sous-marine ?

Le stérilet, l’impact ou la pilule sont-ils contre-indiqués en plongée sous-marine ? Aucun dispositif de contraception n’est contre-indiqué dans la pratique de la plongée sous-marine. J’ai pour ma part plongée avec la pilule et un stérilet, aucun problème.

Fertilité : la plongée sous-marine rend-t-elle stérile ?

La plongée rend-t-elle les plongeurs et plongeuses stériles ? Aucune étude ou retour d’expérience après des décennies de plongées sous-marine, ne démontre un quelconque lien entre fertilité et la pratique (même intensive) de la plongée sous-marine.

Charlotte - Reef Addict

Dive Master, je me passionne pour le monde marin et ses richesses. Je me forme continuellement et me renseigne sur comment limiter et lutter contre l'impact de l'homme sur l'éco-système marin.

Recent Content

link to Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Spread the loveSi vous aimez la nature et la plongée sous-marine, alors vous devez vous impliquer dans sa protection. En effet, les ressources marines sont surexploitées et la plupart des gens se désintéresse de cette problématique. C’est un non-sens absolu dans la mesure où les océans produisent 70% de l’oxygène de notre planète et une […]
link to Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Spread the loveLes déchets plastiques en quelques chiffres La pollution des océans par les déchets plastiques s’est très largement accélérée après la seconde guerre mondiale, sur un fond de mondialisation et de tourisme de masse. Graphique illustrant la production de plastiques en Millions de Tonnes entre 1950 et 2010 Il est estimé qu’entre 10 à […]