Franchement, Faut-il Avoir Peur de Plonger Avec Des Requins ? (Guide Complet)

Spread the love

Les requins sont des animaux magnifiques, les prédateurs ultimes des océans. En dépit de leur nature carnivore, ils ne présentent pas de danger pour les humains. Il y a une soixantaine d’attaques de requins par an dans le monde, et environ 10 d’entre elles sont mortelles. Les attaques de requins sont donc extrêmement rares et sont souvent des erreurs de jugement de l’animal. D’ailleurs, vous constaterez que le requin ne vient pas ré-attaquer sa victime après une morsure.

L’argument souvent avancé est qu’en dépit d’un faible nombre d’attaque mortelle, les requins blessent beaucoup de personnes. Là encore, il faut rappeler qu’une soixantaine d’attaque (répertoriées) par an, représentent un risque extrêmement faible par rapport à d’autres activités tout à fait banales de la vie quotidienne. 

En conséquence : Est-ce dangereux de plonger avec des requins ? Non, la plongée sous-marine en présence de requin ne présente pas plus de risques que ceux encourus dans la vie quotidienne.

Pour argumenter cette affirmation, nous avons étudié quelques statistiques.

Les activités de la vie quotidienne qui sont plus dangereuses qu’une attaque de requin

Accidents domestiques

Selon une étude de l’association Attitude Prévention*, 20 000 personnes meurent chaque année dans des accidents de la vie courante. Les plongeurs se livrent à des activités beaucoup plus dangereuses à la maison, que de nager avec un requin.

Accidents de la route

Selon les chiffres de la sécurité routière, 3 259 personnes ont perdu la vie en France lors d’un déplacement en voiture.

Etre touché par la foudre

Selon le magazine « Science et Avenir »,  en France 50 à 100 personnes chaque année sont foudroyées. Vous avez beaucoup plus de chance d’être touché par la foudre que mordu par un requin.

Les animaux dangereux

Voici quelques statistiques du journal en ligne « Marianne » sur le nombre de décès annuels attribué à certains animaux, que vous pourriez bien rencontrer dans un milieu terrestre:

  • Le crocodile :  10 000 personnes par an
  • Le moustique : 725 000 personnes par an
  • Le serpent : 50 000 personnes par an
  • Le requin : 10 personnes par an (…)

Il est fort à parier que les endroits où les requins évoluent près des côtés et sont susceptibles d‘y être vus par des plongeurs, comptent aussi l’un des animaux listés plus haut. Par conséquent, si une attaque de requin vous effraie, il ne vaut mieux pas voyager du tout, le risque est partout.  

Pourquoi les requins attaquent-ils les humains (surfeurs, nageurs, plongeurs) ?

Il y a deux types d’attaque qu’il faut distinguer : une morsure dissuasive et une attaque de prédation.

Si vous lisez les comptes rendus d’accident, vous observerez ces deux grandes tendances assez facilement.

Attaque de Prédation 

Les attaques  de prédation touchent souvent des surfeurs et snorkleurs. Elles ont des conséquences sérieuses pour les victimes, avec des plaies profondes voire arrachement de membres. L’intention du requin est de capturer sa proie en vue de se nourrir, il ne fait donc pas dans la demi-mesure.

Il faut savoir que les requins sont réputés pour avoir une mauvaise vue. Ils détectent les mouvements mais ne voient les objets clairement que de (très) près. Alors, lorsque un surfeur ou un nageur palmé, se meuvent à la surface, ils ressemblent beaucoup à une belle otarie juteuse pour les requins.

Malheureusement pour nous, certains requins se trompent. Mais notez qu’en comparaison de la fréquentation des plages et des océans par les touristes, très peu de requins commettent l’erreur. Les conséquences pour la victime sont malheureuses, mais rappelons que ce sont des animaux sauvages et que l’océan est leur territoire, pas le nôtre. Restons humble, tout le monde peut se tromper.

Attaque de dissuasion ou intimidation

Certains plongeurs ou snorkleurs, adoptent des comportements négligents face aux requins. Les journaux titrent souvent « un requin attaque sauvagement un snorkleur », et oublient souvent de relater les faits dans le détail. Si vous creusez ces attaques et que vous parcourrez des forums où les témoins relatent les faits, vous y trouverez des circonstances atterrantes.

Histoires de snorkleurs

La plupart des attaques sur les nageurs de surface sont de la prédation. Cependant, les « petites morsures » avec des conséquences assez peu sérieuses, doivent vous alerter sur le type d’attaque. Il est probable qu’il s’agisse d’une attaque de dissuasion. Certains nageurs, très confiants, s’amusent à toucher l’animal, à s‘accrocher ou à tirer sur leurs ailerons…

Certains requins seront accommodants et réceptifs, et d’autres montreront un comportement d’évitement une ou deux fois avant de devoir mordre pour signifier clairement leur mécontentement aux nageurs insistants. Souvent, ces morsures nécessitent quelques points de suture. Il faut rappeler que la pression exercée par les mâchoires d’un requin est de 300 KG par centimètre carré. On peut donc conclure que si un nageur s’en sort avec quelques points de suture, le requin n’avait pas l’intention de tuer, loin de là. On notera juste qu’il faut respecter l’animal, qui n’est pas un objet de divertissement et qu’il a le droit de refuser le contact…Ce que certaines personnes, pour une photo Instagram réussie, semblent omettre. Le consentement d’être approché doit être mutuel.

Attaque de requins sur des Plongeurs

Prenez l’exemple de l’Egypte qui tous les deux ans, est témoin de quelques incidents avec les requins longimanes de la région.

Le plus récent en date, est une vidéo postée sur Youtube d’un attaque de requin longimane sur un plongeur bouteille, datée de novembre 2018 environ. J’ai visionné la vidéo, car je m’y rends dans quelques semaines, sur le même site de plongée. Je souhaitais comprendre comment une attaque avait pu se produire.

Il s’avère que sur la vidéo, les plongeurs étaient soit très mal formés, soit très mal encadrés, soit complètement idiots voire carrément les trois. Le requin en question a pris en grippe un des plongeurs, et lui montre de manière évidente qu’il ne semble pas l’affectionner. L’attaque a eu lieu en Novembre, j’imagine donc que le Longimane a vu des centaines de plongeurs sur la même journée et que peut être, il s‘agissait de le laisser respirer un peu.  

Souvent, les requins lorsqu’ils ne sont pas en prédation, préviennent de leur attaque, par un changement de comportement. De plus, certains requins moins craintifs (comme le longimanus) doivent faire l’objet d’une attention particulière et nécessitent de respecter quelques règles de sécurité en leur présence. Les plongeurs sur la vidéo montrent surtout ce qu’il ne fallait pas faire :

  • Plongeurs dispersés donnant confiance au requin pour attaquer si l’envie lui prenait
  • La victime “Plongeur” faisait dos au longimanus, en lui présentant sa jambe juste devant la gueule, pendant un palmage (de quoi l’encourager à mordre),
  • Les plongeurs n’ont pas gardé l’animal en vue tout au long de sa nage, alors que celui-ci a clairement montré des signes d’intimidation, signifiant au plongeur de bien vouloir s’éloigner
  • Plongeur en position « allongée » quand il faut préférer une position Verticale, afin de donner une impression de grandeur à l’animal.
  • Un système de binôme défaillant car aucun plongeur, sur une grande palanquée, n’a daigné bouger le petit doigt pour se rapprocher des plongeurs pris pour cible. Lorsque un requin commence à interagir de manière agressive, il faut rester groupé et faire face à l’animal. C’est un système de défense connu des animaux marins, que le requin saura très bien interpréter et pourra donc être dissuadé d’approcher davantage
  • Les plongeurs n’ont pas daigné quitter la zone (!) alors que le requin montrait des signes prévenant d’une morsure prochaine. Pire, les plongeurs sont restés à nager tranquillement, comme si le spectacle d’un plongeur en lutte pour repousser l’animal leur paraissait plaisant voire normal.

Ce genre d’attaque facilement évitable est un désastre en termes de communication.

Les attaques de ce genre encouragent les journaux à entretenir le mythe des « Dents de la mer » et les autorités égyptiennes (trop soucieuses de préserver l’économie de la plongée sous-marine en mer rouge) à « prélever » (lisez pêcher puis tuer) ces requins des sites de plongées. La dernière fois que cela est arrivé en Egypte, il a fallu 5 ans pour retrouver des Longimanus « juvéniles » sur les zones de plongées. Tous les adultes ayant été systématiquement pêchés, à la suite d’attaque sur des snorkleurs aux comportements sensiblement identiques à ceux relatés plus haut…Soyons collectivement responsables de l’emprunte que nous laissons sur l’écologie et sur les animaux marins.

Ce sont eux qui paient le plus lourd tribut à la suite de nos erreurs.

Quels sont les requins impliqués dans la plupart des attaques répertoriées ?

Les requins réputés dangereux pour l’homme

Quels sont les requins dangereux pour l’homme ? Les requins les plus dangereux pour l’homme, sont les 7 espèces suivantes (sur plus de 400 espèces de requins): Le grand requin blanc, Le requin-tigre, Le requin-bouledogue, Le requin longimane, Le requin-taureau, Le grand requin-marteau, Le requin gris de récif.

Pourquoi certains requins semblent plus dangereux que d’autres ?

Ils sont réputés dangereux pour l’homme car leurs comportements diffèrent de celui des autres espèces. Ils sont plus agressifs, territoriaux, opportunistes (dans la sélection de leur nourriture), peuvent évoluer dans des eaux peu profondes et chassent des animaux tels que les otaries ou phoques, auxquels les surfeurs et nageurs ressemblent vus des profondeurs.

Note: le requin Bouledogue semblerait impliqué dans près de 80% des attaques. Ce dernier évolue proche des côtes, dans un grand nombre d’endroits du globe, aussi bien en profondeurs qu’à fleur d’eau, et est capable de vivre en eau douce, remontant certains grands fleuves pour se nourrir. Ce requin, par sa capacité d’adaptation à son milieu, multiplie les chances d’interactions avec l’Homme, contrairement à ses congénères.

C’est avéré statistiquement, il y a un risque plus important d’incident avec une de ces espèces, même si le risque reste très faible. Ils ont des instincts de prédateur moins prévisibles que les autres requins et lorsqu’ils changent de comportement (montrant des signes de nervosité), il ne faut pas attendre avant de faire surface. Le délai de prévenance est plus court que pour ses cousins. Il faudra donc respecter quelques consignes de sécurité que nous aborderons plus tard dans cet article.

Dans quels mers ou océans y-a-t-il le plus de requins et est-ce plus dangereux de plonger lorsqu’ils sont nombreux ?

Il y a des requins dans tous les océans du monde. Même proche des côtés françaises.

Les endroits particulièrement attractifs pour les requins sont les Bahamas, le Brésil, Le Mexique, les Iles Fidji, le Costa Rica (Ile cocos), la Californie, la Floride, l’Afrique du sud, l’île de la réunion, Hawai, l’Australie.

Cependant, les dernières années ont montré des comportements en mutation chez les requins. Certains, avec le réchauffement climatique, changent leurs itinéraires. Il faut prévoir que la répartition géographique de la population de requins va changer.

Côté accident, on peut statistiquement déduire qu’il y a une corrélation entre la concentration de ces prédateurs sur une zone géographique et le nombre d’attaque ayant eu lieu dans le même endroit. Cela semble raisonnable. Après tout, ce sont aussi des endroits très touristiques, connus pour leurs plages, qui attirent proportionnellement beaucoup de personnes.

Une grande présence humaine conjuguée avec une forte densité de prédateurs…Les probabilités d’interaction sont fortes. Pour autant, y-a-t-il d’autres facteurs de risque que la probabilité d’en rencontrer ?

Mon interprétation des comptes rendus d’accident, peu importe l’endroit sur le globe, est qu’il est beaucoup plus judicieux de se pencher sur notre connaissance des différentes espèces (qui sont plus ou moins craintives) et sur notre capacité à lire les comportements de l’animal. La question finalement n’est pas de savoir si nous allons rencontrer un requin ou non (car les requins évoluent dans tous les eaux du globe), mais d’être préparé à celle-ci.  

Quels sont les comportements chez les requins qu’il faut identifier pour anticiper la conduite à tenir face à eux ?

La rencontre avec un requin se prépare. Si l’idée d’en voir un en plongée vous enchante, vous pourriez être impressionné ou effrayé face à un animal de 6 mètres (qui ne le serait pas ?). Pour éviter une mauvaise interaction et que vous profitiez du spectacle dans le meilleur niveau de confort possible, voici quelques conseils quant à l’observation des requins et la conduite à tenir.

Rappelez-vous que rien dans l’océan ne nous ressemble. Nous faisons des bulles, du bruit, on peut se tenir debout, allongé, ou encore écarter les bras et le jambes pour doubler notre volume visuel. Bref, nous sommes assez originaux d’un point de vue marin.

Nous sommes un objet de crainte, de concurrence ou de curiosité pour les requins. Selon l’état mental du requin, le moment dans la journée, la présence de congénères ou de nourriture dans la zone ; nous entrons dans une des trois cases. Il s’agit ensuite de lire le comportement du requin pour savoir identifier laquelle !

Les associations Shark School et Shark Education ont écrit quelques articles sur le sujet, que je vous invite à les lire.

Un requin serein

Un requin en confiance, vous approche de face. Ses mouvements et son approche sont lentes et fluides. Il cherche à provoquer chez vous une réponse afin de juger ce que vous êtes : proie, concurrent, autre ? Dans ces cas-là, vous devez adopter la même confiance que le requin. Soyez prêt à l’interaction, et ne reculez pas.

Un requin nerveux

Un requin signale sa nervosité ou sa crainte, généralement par l’abaissement des nageoires pectorales. Selon l’association Shark School, ce n’est pas un signe avant-coureur de morsure, mais ce comportement traduit plutôt d’une interaction un peu trop intime pour les gouts du requin.

L’abaissement de ses nageoires semble être une technique de nage utilisée par les requins dans un milieu exiguë. Plus un requin est entouré de plongeurs et plus il perçoit son espace vital comme restreint. Les issues possibles de fuites se réduisent, ce qui le rend nerveux. Il observera des cercles autour des plongeurs pour jauger de sa capacité à fuir ou à se mouvoir. Un requin qui devient de plus en plus inquisiteur, aux mouvements saccadés et agités, traduit d’un inconfort de plus en plus important. Le niveau de tolérance du requin en termes de proximité est atteint et cela le rend nerveux. Il convient alors de sortir de sa zone de tolérance et préférablement de regagner le bateau.

Que faire si un requin a blessé une personne ?

Si une personne est blessée à cause d’une interaction malheureuse avec un requin, il faut immédiatement prendre en charge la victime et stopper les potentielles hémorragies. Elles sont faciles à détecter, le sang s’écoule sans discontinuer.

Il est vital de prendre en charge la victime très rapidement, avant qu’elle ne perde connaissance. En effet, en plongée il y a un risque de sur-accident important, par noyade ou ADD.

Si l’accident se déroule sous l’eau, il faut se regrouper autour de la victime, afin de dissuader le requin de s’approcher d’avantage. Ensuite, il est impératif de s’assurer que la victime ait son détendeur en bouche, et si possible, poser un garrot sur les plaies saignant abondamment, avant d’entamer une remontée d’urgence. Les requins ne sont pas sensibles aux odeurs de sang humain, c’est la raison pour laquelle ils ne s’acharnent souvent pas sur la victime après une morsure. S’approcher en groupe autour de la victime ne devrait pas donc pas présenter un risque pour les secouristes.

Dans l’éventualité où la plaie est peu sérieuse, il faudra aviser si un palier de décompression est à envisager ou s’il faut s’en dispenser. Le comportement du requin, l’état du plongeur et le risque d’accident de décompression sont à prendre en compte, au cas par cas.

En attendant l’arrivée des secours, il faudra envisager de :

  • Dégager les plaies de la combinaison néoprène pour stopper le saignement, en exerçant une pression ou un garrot sur la plaie
  • Surveiller la respiration du plongeur
  • Vérifier régulièrement qu’il est conscient (pour le mettre en PLS si besoin)
  • Prodiguer de l’oxygène à 100% pour éviter un risque d’ADD éventuel si palier n’a pas été réalisé.

Que faire si un requin semble agressif ou très curieux ?

Soyons honnête et humble sur le sujet. Si un grand prédateur souhaite vous attaquer, il y a peu de choses à faire. Oubliez votre couteau de plongée, il ne sera d’aucune utilité. Par contre, il n’est pas rare que certains requins, à la mauvaise vue, soient curieux et vous approchent de très près, voire vous touchent ou vous cognent. Soyez prêts mentalement à devenir intime avec l’animal et à garder le contrôle de vous-même.

Par contre, si vous trouvez la rencontre un peu insistante, vous avez le droit de lui signifier votre mécontentement (comme lui le ferait dans le cas inverse). Pour cela, voici ce que font généralement les plongeurs :

  • Prenez votre détendeur de secours en main, et laissez fuser des bulles devant lui ou sur les branchies.  Le bruit et les vibrations des bulles (que seuls les humains sont en mesure de faire sous l’eau – c’est un peu notre super pouvoir) est désagréable pour les requins.  Les requins entre eux, s’attaquent généralement au niveau des branchies, qui est un point faible de l’animal. Si pour vous, pousser de l’eau ou des bulles sur leurs branchies semble dérisoire, sachez que pour eux, cela signifie clairement que vous refusez d’être approché davantage.
  • Si vous avez une perche, un  tuba ou un objet long pour le repousser, vous pouvez l’utiliser quand il s’approche trop près. Veillez à le repousser lentement et gentiment. Il s’agit juste qu’il vienne à la rencontre de l’objet, pas de le frapper avec, ce qui pourrait avoir l’effet de le menacer.
  • Ne touchez pas le requin : certains plongeurs et apneistes s’aventurent à toucher les requins. Il est des situations où les requins acceptent l’interaction, mais cela est fait avec des personnes très habituées aux requins voire qui plongent régulièrement avec les mêmes individus. 
  • Tenez-vous droit ou debout face au requin. Il aura tendance à estimer votre taille par rapport à ce qu’il voit. S’il vous voit de face, du haut de vos 1m80 par exemple, il imagine que le reste de votre corps est massif. Vous devenez plus intimidant pour lui.
  • Dès lors qu’un requin vous signifie que votre présence l’importune, regagnez le bateau tranquillement. Ils sont en général assez prévenant pour vous informer avant qu’ils ne deviennent définitivement agressifs. Suivez leur invitation à sortir de l’eau.
  • Ne reculez pas devant un requin. Je sais, c’est mentalement la chose la plus difficile à laquelle il faut se préparer. Vous ne devez pas tomber dans la case « Proie – nourriture potentielle ». Le respect entre vous et le requin doit rester mutuel jusqu’à la fin de votre rencontre.
  • En cas de morsure, les points faibles de requins se situent aux niveaux des yeux et des branchies. On vous souhaite du courage si cela devait arriver, mais vous pourriez exercer une pression à ces endroits pour que l’animal lâche prise.

Il existe une association incroyable, qui emmène des plongeurs à la rencontre des requins, qui les étudient, et qui les défend. Cette association s’appelle Shark Education. Ils offrent de guider des plongeurs en croisière plongée, et de les éduquer sur ces animaux.  

En matière de conduite à tenir, je vais m’arrêter là pour les conseils de base et vous inviter à consulter leur page de Blogs, qui traite en détail de la conduite à tenir face à ces créatures.

Réduire le risque d’attaque de requin en plongée

Si vous craignez d’être attaqué par un requin, voici quelques conseils pour diminuer le risque (déjà minime):

Avant la plongée

  • Renseignez-vous sur les espèces de requins et la conduite à tenir en leur présence
  • Formez-vous à identifier les signes de nervosité d’un requin, qui sont assez expressifs. Les attaques de requin, s’il y en a, ne viennent jamais sans prévenir, les requins manifestent leur agacement de manière explicite
  • Vérifiez que l’organisme avec lequel vous plongez est doté de guides compétents. Plonger avec des requins peut être un expérience inoubliable, mais doit se faire avec rigueur pour prévenir tout incident. Souvent, plonger en présence de ces animaux demande une formation et de l’expérience. Ne mettez pas votre sécurité dans n’importe quelles mains.

Choix de l’équipement

  • Évitez les combinaisons et objets de couleurs jaunes ou criardes, qui attirent les requins. Rien de scientifique derrière cette recommandation, mais la conclusion d’un consensus de plongeurs aguerris sur la question.
  • Evitez les flashs d’appareils photos qui génèrent un courant électromagnétique auxquels les requins sont sensibles
  • Evitez les objets scintillants qui attirent le regard des requins

A la mise à l’eau

  • Si la zone est connue pour être très dense en individus, il est recommandé de se laisser glisser à l’eau en faisant le moins d’éclaboussement possible. Eviter les bascules arrières c’est aussi s’éviter de tomber malencontreusement sur un requin évoluant en surface.
  • Descendez rapidement sous l’eau, les attaques quand elles arrivent, sont souvent proches de la surface

Pendant la plongée

  • Évitez de plonger dans des eaux avec une mauvaise visibilité. Les attaques de requins ont souvent lieu en eaux troubles, qu’ils utilisent pour surprendre leur proie.
  • Évitez de plonger à l’aube et au crépuscule, car c’est à ces moments de la journée que de nombreuses espèces de requins sont les plus actives.
  • Restez groupé avec votre palanquée pour donner l’impression d’un Banc de Plongeurs intimidant pour les requins. Les requins sont plus susceptibles d’attaquer des individus solitaires que les membres d’un groupe. Nous sommes les seuls animaux marins qui faisons du bruit et des bulles. De base, les requins adoptent une attitude craintive à notre égard. Cependant, un requin reste un prédateur, opportuniste dans sa démarche si jamais un repas potentiel se présente. En groupe (palanquée), les requins peuvent montrer des signes de nervosité et vous feront savoir qu’ils ne sont pas favorables à votre présence, mais n’attaqueront pas en définitive. Cependant, si vous êtes seul et éloigné de la palanquée, aux yeux d’un prédateur vous devenez un individu en difficulté, potentiellement une proie à saisir avant que votre tribu ne puisse vous secourir.  Restez en rang serré pour les observer
  • Faites face au prédateur. La contemplation d’un prédateur doit se faire en bonne intelligence et cela passe par être attentif à son comportement. Faire face à un prédateur c’est surtout lui montrer que vous n’êtes pas une proie, vous ne fuyez pas l’interaction. 
  • N’enclavez pas le requin.  Si vous tombez sur un requin pendant une plongée qui est localisé dans une grotte ou dans une enclave, devant laquelle vous vous trouvez, vous lui bloquez la sortie. Dès lors, s’il se sent menacé, il n’a d’autre choix que de passer en force ou de vous attaquer. Assurez-vous de lui laisser le champs libre, pour ne pas lui faire croire à une situation dangereuse.
  • Si vous avez la chance de voir un requin en plongée, restez calme et gardez un œil sur lui tout au long de la plongée et évitez les mouvements brusques
  • Gardez vos membres proches du corps, ne vous agitez pas, proscrivez les mouvements brusques et tentez de garder votre respiration sous contrôle. Les requins peuvent sentir la peur par les signaux électriques produits par le cerveau. D’où l’importance de se préparer psychologiquement avant une rencontre
  • Ne poursuivez pas le requin. Laissez-le venir à votre rencontre, afin qu’il maîtrise la proximité qu’il s’autorise à avoir avec vous.
  • Tenez-vous « droit » devant lui, afin de donner une impression de grandeur si besoin
  • Si vous ne vous sentez pas en sécurité avec le requin, nagez lentement jusqu’au bateau de plongée ou à la rive si vous êtes proche

A la remontée

  • Gardez votre masque sur la tête jusqu’à être sur le bateau, pour pouvoir garder un œil sous l’eau si besoin
  • Renseignez-vous sur les procédures de remontée d’urgence (comme enlever votre gilet à 3m, prendre de l’air, gonfler votre gilet et remonter en urgence sans équipement sur le dos pour pouvoir sauter dans le bateau immédiatement et récupérer votre gilet flottant à la surface)

Le message à retenir sur la plongée avec les requins

Plonger avec des requins est une expérience enthousiasmante, qui ne doit pas être effrayante. Si vous êtes nerveux à l’idée de les rencontrer, c’est normal. Alors faut-il avoir peur de plonger avec des requins ? Non, il ne faut pas les craindre mais plutôt rester humble face à notre mortalité devant des animaux conçus pour la chasse.

Franchement, nous sommes privilégiés car nous ne sommes pas dans leur chaine alimentaire. Par conséquent, en respectant leur territoire, leurs alertes et leur comportement, nous pouvons les contempler avec un risque minimum.

De plus, vous devez savoir que bon nombre d’espèces de requins sont aujourd’hui menacées. Chaque plongée en leur présence relève maintenant d’une expérience chanceuse. Chaque année, jusqu’à 100 millions de requins sont tués pour leurs ailerons, leurs mâchoires, leurs dents, leur viande ou par accident. Vous imaginez ? Le rapport de mortalité est de 1 mort humain pour 20 millions de requins tués. Qui est le plus dangereux des deux, nous ou les requins ?

Charlotte - Reef Addict

Dive Master, je me passionne pour le monde marin et ses richesses. Je me forme continuellement et me renseigne sur comment limiter et lutter contre l'impact de l'homme sur l'éco-système marin.

Recent Content

link to Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Spread the loveSi vous aimez la nature et la plongée sous-marine, alors vous devez vous impliquer dans sa protection. En effet, les ressources marines sont surexploitées et la plupart des gens se désintéresse de cette problématique. C’est un non-sens absolu dans la mesure où les océans produisent 70% de l’oxygène de notre planète et une […]
link to Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Spread the loveLes déchets plastiques en quelques chiffres La pollution des océans par les déchets plastiques s’est très largement accélérée après la seconde guerre mondiale, sur un fond de mondialisation et de tourisme de masse. Graphique illustrant la production de plastiques en Millions de Tonnes entre 1950 et 2010 Il est estimé qu’entre 10 à […]