Les 4 erreurs (communes) à éviter quand on achète sa combinaison de plongée

Spread the love

Comment bien choisir sa combinaison de plongée ? Pour bien choisir sa combinaison de plongée, il faut : essayer sa combinaison de plongée avant de l’acheter pour une protection thermique optimale, regarder le niveau de finition (coutures) et la qualité du Néoprène pour maximiser sa durée de vie, acheter une épaisseur de combinaison qui conviendra pour plusieurs températures. Cependant pour bien faire, il faudra aussi veiller à ne pas commettre les erreurs communément commises par les nouveaux plongeurs. Voici un condensé de notre expérience en la matière.

1. Acheter une combinaison sur internet sans l’essayer

A quoi servent les combinaisons de plongée ? Les combinaisons de plongée servent de protection thermique au plongeur lorsqu’il s’immerge dans un environnement aquatique. La chaleur du corps humain s’échappe 25 fois plus vite dans l’eau que dans l’air et une mauvaise protection thermique peut mener à un état d’hypothermie, extrêmement dangereuse pour les plongeurs.

Les plongeurs parfois, attirés par une offre ou la simplicité d’un achat sur internet, commandent leur combinaison de plongée sur internet. C’est une grave erreur, car une combinaison de plongée doit impérativement être essayée. Au sein d’une même marque, plusieurs modèles ne pourraient pas vous aller. Vous pourriez aussi essayer plusieurs marques et modèles, sans trouver une combinaison qui convienne à votre morphologie.

De plus, il faut très souvent se fier aux conseils des vendeurs. Ils jugent votre morphologie et vous proposent des combinaisons ayant le plus de chance de vous aller, indépendamment des prix. C’est un gain de temps vraiment pas négligeable, car essayer une combinaison est un moment sportif et suffoquant parfois. Ensuite, lorsqu’on essaie une combinaison de plongée, il faut rechercher un minimum de poche d’air aux jointures (ex: sous les bras), et qu’elle soit bien ajustée sur le buste, les membres, au cou. Tous les endroits il l’eau s’infiltre, il faut que la combinaison soit serrée. Une combinaison “serrée” est subjectif, et vous pourriez en choisir une trop tache et plus facile à enfiler, plutôt qu’une combinaison bien ajustée (voire inconfortable), mais qui se détendra du fil du temps et vous offrira quand même une bonne protection thermique.

2. Ne pas regarder la finition ou la qualité du Néoprène

Les finitions de votre combinaison de plongée sont importantes pour la durée de vie de celle-ci. Une combinaison est un gros investissement, qui s’amortit dans la durée. Par conséquent, il est interessant qu’elle ne s’use pas prématurément parce qu’on a omis de regarder les finitions.

Pour cela, regardez les coutures du néoprène à l’intérieur et à l’extérieur. Elles doivent être doublées et ne pas filocher. Si vous trouvez un fil, tirez dessus et voyez sur c’est “un chute” de couture (le fil est déjà coupé et s’enlève entièrement) ou bien si le fil découd la combinaison. Ensuite, regardez les endroits de la combinaison qui sont renforcées: genoux, coudes et fermeture éclair. Ce sont les endroits qui s’usent le plus rapidement, c’est un gage de qualité si ces endroits sont renforcés. Pour les semi-étanches, il faudra surveiller l’état des manchons qui imperméabilisent la combinaison. Ils doivent être dans un état parfait. Après avoir été essayée par plusieurs plongeurs, il faut s’assurer que la combinaison ne présente pas de déchirure à l’intérieur et à extérieur des manchons. Même conseil sur la fermeture éclair, vérifiez que celle-ci est en bon état. Enfin, recherchez un Néoprène souple, qui facilite l’enfilage. Toutes les combinaisons n’en sont pas pourvues, même si cela se démocratise.

3. Se précipiter pour acheter une combinaison sans attendre les soldes

Les combinaisons de plongée doivent s’essayer en magasin et souvent, quand on en a trouvé une qui va bien, on a du mal à résister à l’achat immédiat. C’est bien normal, on a sué de longues minutes à en essayer plusieurs…Quand on en a une, on a peur de pas la retrouver.

Alors pour vous éviter ce dilemme, renseignez vous sur les périodes de solde de votre magasin de plongée le plus proche. Les tarifs sont vraiment très interessants au moment des soldes et il serait dommage de ne pas profiter de 100 EUROS de remise. Economisez de l’argent et de la frustration.

4. Ne pas choisir une épaisseur de combinaison facile à mixer et qui permettra de plonger dans toutes les températures

Le sac du plongeur est un véritable casse-tête, avec tout l’équipement de plongée qu’il faut emmener pour pratiquer ce sport. Parmi les équipements qui me posent le plus de soucis, je compte la combinaison de plongée. Je ne me pose jamais la question sur le gilet, les palmes, le détendeur et le masque de plongée que je vais mettre dans la valise. Par contre la question : quelle combinaison vais-je emmener ? Je me la pose tout le temps ! Alors pour vous faciliter la vie, jeunes plongeurs, voilà ce que je conseillerai d’acheter si c’était à refaire, pour que je puisse plonger partout dans le monde, sans réfléchir à ma combinaison de plongée et surtout sans en acheter 36…

Vous avez besoin de 2 combinaisons pour plonger de 15 à 30°C

Pour des eaux comprises entre 15 et 24°C: prenez une semi-étanche + une souris ou une veste.

Si ce sont des températures dans lesquelles vous comptez plonger très régulièrement, l’investissement sera intéressant. Le froid est l’ennemi des plongeurs et peut vous gâcher une plongée. Pour rappel, on se refroidit 25 fois plus vite dans l’eau que dans l’air. L’idée c’est de profiter du moment, pas de grelotter en attendant que ça passe. Personnellement, je n’apprécie pas forcément les plongées en deçà de 20°C, les sensations ne me plaisent pas. Cependant, pour en faire régulièrement à Hyères (France) aux alentours de 16°C, en semi étanche seule, c’est faisable mais on est (très-trop ?) content de remonter sur le bateau se réchauffer. Donc je préconise de prévoir de quoi rajouter par-dessous (souris) ou par-dessus (veste) pour être à l’aise. Le mieux c’est d’essayer et de moduler si necessaire.

Pour des eaux >24°C, optez pour une combinaison 3mm + souris/Veste

L’avantage de la 3mm, pour les plongées en eau chaude, c’est qu’elle est tout terrain. Vous serez bien contents de l’avoir au bout d’une semaine de plongées intensives, même à 28°C. Vous pouvez la combiner avec une shorty/Veste/Souries si besoin et si vous possédez un de ces vêtements de plongée. Vous pouvez l’utiliser pour faire du snorkling. En plus, les deux combinaisons dans la valise ne prendront pas plus de place qu’une combinaison 5mm. Par contre, si une 3mm suffit, elle reste bien plus agréable en plongée et moins difficile à enfiler.

BONUS: Les accessoires thermiques à acheter pour plonger dans toutes les eaux de plus de 10°C

Cagoule : 5mm mini / Gants : 3 mm mini /Chaussons/Chaussures : 5mm mini

C’est le minimum vital à avoir dans sa valise sans se poser de question. Les plus frileux, vous pourriez chercher plus épais pour les eaux froides, mais cette proposition marche dans presque tous les cas, aussi bien pour les plongées à 15°C que les plongées à 30°C (même si l’usage d’une cagoule et de gants sera inutile dans les eaux chaudes).

Charlotte - Reef Addict

Dive Master, je me passionne pour le monde marin et ses richesses. Je me forme continuellement et me renseigne sur comment limiter et lutter contre l'impact de l'homme sur l'éco-système marin.

Recent Content

link to Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Spread the loveSi vous aimez la nature et la plongée sous-marine, alors vous devez vous impliquer dans sa protection. En effet, les ressources marines sont surexploitées et la plupart des gens se désintéresse de cette problématique. C’est un non-sens absolu dans la mesure où les océans produisent 70% de l’oxygène de notre planète et une […]
link to Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Spread the loveLes déchets plastiques en quelques chiffres La pollution des océans par les déchets plastiques s’est très largement accélérée après la seconde guerre mondiale, sur un fond de mondialisation et de tourisme de masse. Graphique illustrant la production de plastiques en Millions de Tonnes entre 1950 et 2010 Il est estimé qu’entre 10 à […]