Débutant: Comment Choisir Son Premier Equipement de Plongée Sous-Marine?

Spread the love

Quand on démarre un sport, on a très vite envie d’avoir son équipement personnel…Surtout en plongée sous-marine, pour des questions hygiéniques d’abord, mais aussi pour sa sécurité.

Alors, comment choisir son premier équipement de plongée sous-marine ? Si vous démarrez la plongée sous-marine, nous conseillons d’acheter les équipements dans cet ordre, si vous n’avez pas la possibilité de tout acheter en une fois: 1) Masque et tuba 2) Ordinateur de plongée 3) Détendeur 4) Combinaison 5) Gilet stabilisateur 6) Palmes.
Pour vous guider dans votre choix, passons en revue les équipements de plongée idéals pour débuter votre carrière de plongeur ou plongeuse.

1) Un masque et un Tuba : le plus petit investissement en matériel, pour une plongée confortable et hygiénique !

C’est bien une des premières choses que l’on apprend aux apprentis plongeurs: cracher dans le masque pour éviter d’avoir de la buée pendant une plongée et vider son masque sous l’eau pour les mêmes raisons. Plus le crachat est gras…moins il y a de buée. C’est déjà sale, alors pourquoi pas éviter de partager cette pratique délicieuse avec des centaines de plongeurs ? Pour la modique somme de 40€ (environ), vous aurez un masque à vous, avec les avantages suivants :

  1. Il sera ajusté à votre visage sans fuite désagréable qui peuvent vous gâcher la plongée
  2. Il sera adapté à votre morphologie de nez ce qui vous facilitera l’équilibrage de vos oreilles pendant le Valsalva
  3. Vous ne partagez pas de microbes avec d’autres plongeurs (oh yeah)
  4. Vous pouvez vous assurer de « dégommer » votre masque pour minimiser l’apparition de la buée sur un masque neuf
  5. Si vous avez des problèmes de vue, vous pouvez faire faire des verres correcteurs pour éviter de porter des lentilles.

Quel confort pour un coût raisonnable ! Dans la même veine, c’est bien d’avoir un tuba (haut de gamme par contre, c’est mieux sur le système de respiration) qui vous servira en plongée et en snorkling.

Pas de recommandation de matériel, c’est INDISPENSABLE de prendre le temps de voir en magasin ce qui vous va, de préférence dans un magasin spécialisé. A Paris : Le vieux campeur ou Boulogne Plongée feront des merveilles en termes de conseils.

Pour bien choisir son masque de plongée, vous avons écrit deux articles sur la question, pour apprendre de nos erreurs et vus éviter de les commettre:

2) Ordinateur de plongée : gérer sa planification de plongée et sa sécurité

La plongée sous marine n’est pas plus dangereuse qu’un autre sport mais elle nécessite de suivre des règles. Plonger avec un ordinateur que vous connaissez, avec vos paramètres de plongée, va vous permettre de gérer la vitesse de descente (pour vos oreilles), votre remontée (pour vos bulles d’azote), le profil de votre plongée (pour prévoir la conso d’air) et évidemment…votre sécurité !

Si vous débutez, je conseille fortement une montre entrée de gamme dans les 150€, fiable, facile à prendre en main et lisible.

Plus tard, si vous poursuivez votre carrière d’homme/femme poisson, vous passerez sur du haut de gamme et votre première montre vous servira alors de backup accroché à votre gilet, en cas de panne de votre montre principale ou celle de votre binôme.

Pour les plongeurs débutants, il est conseillé d’acheter un ordinateur de plongée facile et fiable. L’ordinateur vendu à un prix entrée de gamme que je recommanderai est le Mares Puck Pro plus ou bien Mares Smart air (qui a l’option gestion d’air pour mieux anticiper les pannes d’air, donc cet ordinateur est un peu plus cher mais il sera plus évolutif pour un plongeur loisir confirmé).

3) Le détendeur, parce que c’est votre lien à la vie sous l’eau. Tout simplement.

Etre un plongeur éco-responsable passe aussi par votre sécurité. Les humains ne sont pas (encore) munis de branchies donc nous utilisons un détendeur. Et rien de pire, sous l’eau, que d’avoir une mauvaise surprise sur l’alimentation en air. Et elles peuvent être nombreuses ces surprises, pour des équipements mal entretenus. Un détendeur qui bug (débit continu du détendeur, remontée immédiate), qui s’arrête pour un problème constructeur (impossible de respirer), qui à un embout abîmé (difficile à garder en bouche), un embout mal nettoyé après avoir été utilisé par un autre plongeur (hop un rhume!), un embout qui se décroche car le serre câble a lâché (oui, ça arrive), une performance de respiration en deçà des préconisations du constructeur (difficulté de tirer l’air pour respirer) Etc.

Votre lien à la vie en plongée sous-marine tient au détendeur, dans lequel vous devez avoir confiance. Donc avant le reste, c’est l’achat de cet équipement que je recommande, pour votre sécurité, votre confort et votre hygiène.
Des détendeurs fiables, il y en a pleins…Mais si vous commencez, restez sur des valeurs sures, en ayant à cœur d’imaginer vos futures plongées dans 5 ans: plongées techniques à 60 mètres ? Plongées en eau froide ? Plongeur globe-trotteur ? Selon votre avenir de plongeur, investissez dans un détendeur qui vous offrira un maximum de flexibilité par la suite. Après tout, ce n’est pas un investissement anodin.

Voilà ce que je verrai comme recommandations :

  • Pour un détendeur en eau tempéré, parfait pour le voyage : Aqualung Micron
  • Pour un détendeur en eau froide, relativement léger et permettant un bon confort de plongée profonde : Agualung Ice Legend.

4) Combinaison : à votre taille, pour une protection thermique optimale

Avoir froid peut gâcher une plongée, en plus de présenter un risque si la protection thermique n’est pas adaptée. En plus, les plongeurs ont la très grande habitude de faire pipi dans leur combinaison humide. On ne pourra pas leur en vouloir, la pression et le froid fait travailler davantage les reins et il faut s’hydrater avant la plongée (voir notre article sur la question)…Donc la conjonction des éléments explique l’incontinence connue des plongeurs. Confort et hygiène, toujours. Comme pour les masques, à chaque plongeur sa combinaison, direction les magasins pour essayer !

Nous avons écrit un article pour bien choisir sa combinaison de plongée. Jetez-y un oeil.

5) Gilets stabilisateurs : pour améliorer ses sensations de plongée

Le gilet, s’il est trop petit ou trop grand, c’est gérable mais pas agréable. Généralement, les gilets de clubs sont faits pour avoir une capacité d’air suffisante quelque soit les morphologies et sont faciles à gérer. Après, quand on progresse, on cherche souvent à s’acheter un gilet pour plusieurs raisons :

  • A sa taille pour plus de confort
  • Avec des anneaux et accessoires pour ranger/accrocher ses équipements comme les torches, caméras, parachutes de palier etc.
  • Un système de poche à plomb quand on n’aime pas les ceintures (comme moi !) 4) un confort dorsal avec des gilets rembourrés
  • Un poids de gilet optimisé pour les bagages en soute
  • Un système de purge rapide, visible et facile d’accès (pour soi et un plongeur secouriste si besoin)
  • Une capacité de gonflage assurant sa sécurité à toutes les profondeurs (être certain(e) que gilet gonflé, il est facile de remonter à la surface).

Conseil sécurité : on pensera à faire réviser son gilet aussi rigoureusement que son détendeur. Très rare, il peut arriver qu’un gilet reste bloqué en mode gonflage. Pas drôle comme situation car il faudra maîtriser sa vitesse de remontée avec sang froid…Et avec l’aide d’un binôme.

Comme pour le détendeur, il faut se projeter dans sa vie de plongeur. Voyageur ? Plongée technique avec épave (side mount) ? Plongeur Secouriste ? Plongeur confort ? Voila ce que je peux vous en dire:

  • Voyageur: Je conseille le Beuchat Masterlift (versions homme et femme existent). Plein d’accessoires, poche à plomb, poids optimisé, c’est ce que j’utilise, il est super.
  • Plongeur technique/Epave : je ne sais pas vous conseiller sur ce point, car je n’utilise pas cet équipement…je vous conseille donc les sites spécialisés sur la question !
  • Secouriste/Dive guide : Scubapro Master Jacket. Le seul gilet du marché qui soit entièrement enveloppant. Sa couleur Jaune, les grande proche et surtout sa très grande capacité de gonflage en font le gilet top niveau pour les guides de plongée/secouristes. Le hic: son prix…

6) Palme : le confort, pour prendre son pied à palmer

La palme…Si on veut bien faire, on la prend avec le masque et tuba car ce n’est pas un gros investissement mais en même temps…C’est purement pour le confort, sauf si vous plongez régulièrement dans du courant. Auquel cas une bonne palme est indispensable.

Dans tous les cas, si vous décidez d’acheter une palme, prenez une palme réglable tout de suite. Pourquoi pas une palme chaussante ? Parce qu’avec une palme réglable, vous pourrez plonger en eaux chaudes, froides, avec ou sans bottillons et c’est plus facile à enlever dans l’eau. Bref, n’hésitez pas, vous le ne regretterez pas. Pour les plongeurs qui se demandent quoi acheter, le modèle Mares Avanti quatro, c’est LE meilleur choix de palme pour un prix raisonnable et une qualité qui ne déçoit pas. Il suffira de regarder les guides de plongée pour s’en convaincre.

Articles qui pourraient vous intéresser:

Charlotte - Reef Addict

Dive Master, je me passionne pour le monde marin et ses richesses. Je me forme continuellement et me renseigne sur comment limiter et lutter contre l'impact de l'homme sur l'éco-système marin.

Recent Content

link to Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Ces associations qui militent pour la protection de la faune et la flore marine

Spread the loveSi vous aimez la nature et la plongée sous-marine, alors vous devez vous impliquer dans sa protection. En effet, les ressources marines sont surexploitées et la plupart des gens se désintéresse de cette problématique. C’est un non-sens absolu dans la mesure où les océans produisent 70% de l’oxygène de notre planète et une […]
link to Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Objectif 0 plastique dans les océans: entrez dans l'action

Spread the loveLes déchets plastiques en quelques chiffres La pollution des océans par les déchets plastiques s’est très largement accélérée après la seconde guerre mondiale, sur un fond de mondialisation et de tourisme de masse. Graphique illustrant la production de plastiques en Millions de Tonnes entre 1950 et 2010 Il est estimé qu’entre 10 à […]